BRIEF APERÇU DE L’HISTOIRE DU CAMBODGE :

Difficile de rentrer dans les détails de l’histoire du royaume khmer, une histoire à la fois longue, tumultueuse, heureuse et tragique. Nous nous contenterons donc de vous présenter quelques repères.

Selon différentes sources, le Cambodge est né vers le VIème siècle de notre ère. Le quatrième des rois khmers, Brhavavarman, monte sur le trône vers l’an 550. Depuis, l’histoire du royaume peut être divisée de manière plus ou moins exhaustive en cinq périodes successives : l’expansion, le déclin, la colonisation française, le chaos et le retour à la stabilité.

1. Longue période d’expansion et de grandeur (VI-XVIème siècle)

Les anciens voyageurs hindous, arabes et chinois parlaient avec admiration de ce pays doré, couvert de monuments magnifiques, de trésors emplis de pierreries, d’objets sculptés dans l’ivoire ou le cristal, de ces apsaras, les danseuses célestes, évoluant sous les porches ombragés de cité royale.

Vers la première moitié du XIIIème siècle, l’empire khmer connaît l’apogée de sa puissance et de sa splendeur. Il s’étend alors sur une grande partie du Siam, sur le Sud Laos, vers les royaumes du Champa (le Centre du Vietnam) et la Cochinchine (l’actuel delta du Mékong et les provinces le bordant).

C’est durant cette période, et plus particulièrement au XIIème siècle, sous le règne de Javaryaman VII, que les architectes et bâtisseurs khmers conçoivent et édifient Angkor.

2. Période de décadence (du XVIème au XIXème siècle)

Sans cesse déchiré par des conflits fratricides entre héritiers du trône (souvent alliés à des forces extérieures), le pays est en proie à des invasions étrangères provenant du Siam, des royaumes chams et du Dai Viêt. Selon G.H MONOD, la situation du Cambodge va en s’aggravant : son territoire arraché par morceaux, sa population décimée, ses villes somptueuses saccagées et envahies par la forêt, jusqu’à ce que le roi Norodom, en 1863, mit son pays sous la protection de la France.

3. Période de colonisation française (1863 – 1954)

L’arrivée des Français et la mise sous protectorat mettent fin à la décadence du Cambodge. Durant cette période, de nombreux territoires occupés par le Siam sont restitués aux Cambodgiens : StungTreng, Mlou Prei, Battambang, Sisophon, Siem Reap etc.

Certains auteurs parlent même du rôle sauveur de la France qui, après avoir arrêté le déclin de l’empire khmer, met en œuvre un programme de reconstruction du pays.

Après la deuxième guerre mondiale, sous l’effet conjugué de la montée en puissance du nationalisme au Cambodge et de la défaite française en Indochine, l’indépendance du Cambodge est officiellement reconnue en 1953.

4. Période chaotique (1954 – 1990)

Après son indépendance, par une politique de neutralité, le Cambodge connaît une période heureuse sous la direction du roi Sihanouk. Phnom Penh devient la Perle de l’Extrême-Orient.

Le coup d’Etat de 1970, réalisé par le général Lon Nol, l’allié des Américains, ouvre une ère chaotique. Suite à la corruption du régime de Lon Nol, le peuple cambodgien connaît l’un de ses plus grands drames : le dictatorial et sanglant régime khmer rouge. Le génocide réalisé par ce gouvernement maoïste (l’Angkar), hostile aux citadins, aux intellectuels, aux minorités ethniques et aux Vietnamiens provoque près de trois millions de morts en quatre ans (17 avril 1975 - 07 janvier 1979), met le pays à genoux et créé un traumatisme sans précédent au sein des populations.

5. Retour à la stabilisation

En 1979, l’arrivée des troupes vietnamienne au Cambodge permet de cesser le génocide et de stabiliser le pays. Au début de la décennie 1990, les troupes vietnamiennes se retirent du Cambodge, et sous l’égide de l’APRONUC (Autorité Provisoire des Nations Unies au Cambodge), le royaume passe à une nouvelle période de paix, de reconstruction et de démocratisation. Les élections libres qui eurent lieu en 1993 conduisirent au pouvoir le Parti du Peuple Cambodgien et le FUNCINPEC dans une coalition qui existe toujours sous une forme ou une autre. Le Cambodge est devenu membre de l’ASEAN en 1999 et a rejoint l’OMC en 2005.