Le patrimoine culturel cambodgien a été profondément influencé par la culture indienne il y a 2000 ans à travers la langue et la religion, mais aussi les styles d’art et de musique, que la civilisation d’Angkor a par la suite façonnés en une culture unique.

Sites classés Patrimoine Mondial de l’UNESCO

  • Angkor – 1992
  • Preah Vihear – 2008
  • Ballet Royal – 2003
  • Théâtre d’Ombres Sbèk Thom Khmer – 2005

Patrimoine Matériel

  • Sites archéologiques : Nous vous invitons en revanche à visiter d’autres temples moins connus ou spectaculaires que ceux d’Angkor mais néanmoins remarquables; Koh Ker (100 km au nord-est d’Angkor) et Preah Vihear (140 km de Siem Reap) dans la province de Preah Vihear, Sombor Prei Kuk de la période préangkorienne dans la province de Kampong Thom (entre Phnom Penh et Siem Reap).
  • Sites préhistoriques : Centre d’Archéologie de Banteay Kou à Memot dans la province de Kampong Cham.
  • Le musée archéologique de Sre Ampil a ouvert en 2006 au sein de l’enceinte de la pagode de Sre Ampil dans le district de Kien Svay, près de Phnom Penh dans la province de Kandal.
  • Sculpture : La sculpture sur pierre est un art majeur de la culture khmère, hérité de l’Inde les artisans l’ont fait évoluer vers un style Khmer unique. Cependant les divinités hindoues telles que Shiva, Vishnu, Brahman, Ganesh, et autres monstres mythiques hindous demeurèrent les principaux sujets des sculptures. Les statues de Bouddha les plus étonnantes se trouvent à Angkor Thom (Bayon), où d’imposantes statues à quatre faces de Bodhisattva Avalokiteshvara, sont sculptées sur cinquante tours.

Si chaque sculpture porte les caractéristiques communes de l’être surnaturel qu’il représente, ses détails révèlent l’imagination de chaque sculpteur. Les deux mille sculptures d’Apsara (nymphes célestes) toutes différentes que l’on trouve dans le temple d’Angkor en témoignent.

De longues et magnifiques fresques murales sculptées relatent les épopées des mythes hindous comme le Mahabharata et le Ramayana (galeries d’Angkor Vat), des évènements historiques ou bien des scènes de la vie quotidienne du peuple khmer, comme à Angkor Thom ou au Bayon.

  • Poterie et céramiques : Les céramiques de l’empire khmer auraient été produites dès le IXe siècle. Ces céramiques de très bonne qualité ont été produites en grandes quantités entre le XIe et le XIIe siècle. La plupart sont émaillées en céladon à l’aide d’une glaçure de fer qui donne des coloris profonds bleutés ou vert olive. Aujourd’hui, la majorité de la céramique faite au Cambodge vient de la province de Kampong Chhnang (Chhnang signifiant pot).
  • Bronze : La fonte du bronze a commencé au Cambodge entre 1500 et 1000 av. JC. Sous l’influence de l’Inde, une tradition de coulage du bronze pour reproduire des divinités hindoues et bouddhiques est apparue au Cambodge. Cette technique a atteint son apogée durant la période d’Angkor. La grande figure en bronze du «Vishnu couché » (fin XIe siècle), exposée au Musée national de Phnom Penh, témoigne de la grande maîtrise que les artistes khmers avaient atteinte.
  • Textiles : La soie cambodgienne est considérée comme l’une des plus fines et les plus chatoyantes du monde, cependant la majorité de la production est désormais faite à partir de soie chinoise. Il existe plusieurs types de soie dont l’Ikat qui résulte d’un processus particulier de teinture fil-à-fil avant tissage. Le kroma est le traditionnel foulard à damiers à usage multiple : foulard, chapeau, serviette, pareo, hamac pour les enfants ou même pour grimper aux arbres. Apparu au 1er siècle, il demeure l’un des symboles du pays.

Patrimoine Immatériel

  • Musique :

Le Pin Peat est un orchestre où les percussions dominent, et dont l’origine est probablement le « gamelan » javanais. Il était autrefois réservé à la Cour royale et accompagnait les représentations des ballets royaux Apsara (corps de ballet féminin), le Lokhon Khol (corps de ballet masculin), et le Sbek Thom, le grand théâtre d’ombres. Ces spectacles sont désormais ouverts au grand public, l’orchestre Pin Peat accompagne toutes les cérémonies religieuses et maintes fêtes saisonnières pour solliciter les divinités.

La musique Mohori est-elle, destinée aux hommes, elle privilégie les instruments à sons doux. D’origine royale, elle est désormais populaire et en constante évolution avec plus de 600 thèmes.

Le Pleng Kar est joué lors des mariages, l’une des cérémonies les plus importantes du Cambodge.

  • Danse Classique khmer ou danse Apsara :

À l’origine le Ballet Royal n’était dansé que par et pour les membres de la famille royale et leurs proches, après les années 50 il commença à se produire en public. La fameuse danse sacrée des Apsaras est d’un style unique et sensuel où chaque mouvement gracieux et stylisé transmet un message. Elle connaît un nouvel essor après son interdiction et une répression sanglante sous le régime de Pol Pot. 90% des danseuses et des musiciens apsaras furent massacrés ou internés dans des camps.

  • Kbach Kun Khmer Boran :

Les arts martiaux khmers datent de plus d’un millier d’années, comme en témoignent les sculptures et bas-reliefs dans les temples d’Angkor. Les arts martiaux comprennent le Bokator, Pradal Serey, Baok Chambab, Kbach Kun DambongVeng, …